Qui sommes-nous ?

Jean-Pierre Lepri est père et grand-père.
Entré en 1957 à l’école normale d’instituteurs, cela fait donc plus de cinquante ans qu’il est « en » éducation et en formation ("nationales"), dont trente années en Afrique, en Amérique, en Asie, en Océanie et en Europe du Nord - comme enseignant, formateur, inspecteur, directeur, expert-consultant pour l’UNESCO et pour divers gouvernements... Il est titulaire de quatre diplômes de troisième cycle universitaire (deux doctorats et deux D.E.A.) et commandeur de l’Ordre français des Palmes Académiques.
L’éventail de ses références et son expérience lui permettent maintenant de mieux voir et de mieux comprendre que, dans l’acte d’enseigner/éduquer/former, beaucoup de choses importantes se passent au-delà de ce qui est supposé être enseigné. Ceci à l’insu, le plus souvent, de l’enseignant/éducateur/formateur, de « ses » apprenants, de leurs commanditaires,  sans que la bonne foi ou l’éthique de chacun soient nécessairement en cause.
Il décide alors de partager sa vision avec ceux à qui elle peut être utile. C’est ainsi que se forme et évolue le CREA-Apprendre la vie (Cercle de réflexion pour une ‘éducation’ authentique) : un cercle virtuel indépendant où l’on entre et sort à son gré, où il n’y a aucune obligation d’aucune sorte (engagement, adhésion, signature, cotisation, réunion…). Il y a seulement à « entendre », à « considérer » - sans approuver, ni réfuter, ni argumenter ou débattre - et à contribuer.
Par leur contribution (idéelle ou factuelle) ou par leur manière d’être, les « auto-membres » du CREA étendent et enrichissent ainsi l’intérêt et l’influence de cette réflexion partagée, en même temps qu’ils s’enrichissent eux-mêmes.

CREA- Apprendre la vie
F-71300 MARY
appvie-crea (arobase)yahoo. fr

En savoir plus : ICI ou le Manifeste
Consulter
le rapport d'activité 201220112010, 2009
--------------------------

La "gratuité"

Toutes les activités du CREA-Apprendre la vie sont "gratuites".
Ce n’est ni une secte, ni une puissance occulte qui finance, ce n’est pas non plus que ce qui s'y fait soit sans valeur.
C'est que, bien au contraire, ce qui s’y fait n’a pas de prix
et que, d'autre part, il n’y a aucun intérêt financier en jeu - mais la seule intention de partager. Ce que l'on appelle parfois "un acte gratuit"...